Allergies de l'enfant

Les allergies de l’enfant regroupent des pathologies diverses : asthme, eczéma atopique, allergie alimentaire, urticaire aiguë, rhinite allergique, allergies médicamenteuses.

L’allergie traduit une réaction excessive de l’organisme à une substance qui lui est étrangère. Selon que cette substance, l’allergène, lui arrive par le nez ou la bouche (pour les allergènes respiratoires), sur la peau (pour les allergènes dits de contact) ou via le système digestif (pour les allergènes alimentaires), les symptômes de l’allergie sont différents, en fonction de l’organe concerné.

L’expertise de plus de 40 ans du Pr Jocelyne Just, allergologue pédiatrique, à l’Hôpital Américain de Paris, l'amène plus particulièrement à traiter les pathologies allergiques sévères qui peuvent nécessiter un traitement par biothérapie, mais aussi les formes légères à modérées pour lesquelles la mise en place d’une désensibilisation va permettre de contrôler au long cours ces pathologies.

Que faut-il savoir sur les allergies de l'enfant ?

L’allergie est une pathologie qui touche la peau ou les muqueuses (bronche, larynx, muqueuse oropharyngée, muqueuse digestive) et dans ses formes les plus sévères l’appareil circulatoire.

Les formes légères touchent un organe et ont peu d’impact sur la qualité de vie, alors que les formes sévères sont souvent multiples et touchent plusieurs organes (poumon, nez, peau, tube digestif). Les formes sévères débutent tôt dans la vie de l’enfant et persistent toute l’enfance, voire toute la vie en l’absence de prise en charge adaptée.

Les maladies allergiques sont d’origine génétique mais aussi en lien avec l’environnement (perte de la biodiversité, pollution) ce qui explique l’explosion de la fréquence actuelle de ces pathologies.

Comment se manifestent les allergies de l'enfant ?

L’asthme se manifeste par :

  • Une toux chronique notamment la nuit,
  • Et/ou une gêne respiratoire notamment à l’effort,
  • Et/ou un bruit respiratoire à type de sifflement.
  • Mais des bronchiolites, des bronchites répétées, une gêne à l’effort isolée, une toux isolée doivent alerter sur le diagnostic d’asthme

L’allergie alimentaire se manifeste par :

  • Une urticaire
  • Un oedème du visage ou des organes profond (comme le larynx)
  • Des signes digestifs vomissement, diarrhée
  • Une gêne respiratoire (rhinite voire asthme)
  • Dans les formes sévères un malaise, une chute de tension

L’eczéma atopique est une éruption chronique (qui disparait et revient) :

  • Qui démange
  • Qui siège au niveau des plis des coudes, derrière les genoux, en avant des chevilles, sous les fesses, autour du cou, autour des yeux ou des oreilles et pour le nourrisson au niveau des joues

La rhino – conjonctivite allergique se manifeste par :

  • Des éternuements, le nez qui coule, ou le nez bouché, alors que l'enfant n'a ni rhume ni grippe
  • Parfois associés à des larmoiements et des démangeaisons des yeux (envie de se gratter)   

L’urticaire se manifeste par :

  • Une éruption (plaques rouges, boutons surrelés...) qui démange (envie de se gratter) et qui apparaît et disparait par intermittence

Comment est réalisé le diagnostic à l'Hôpital Américain de Paris ?

Au sein de l’hôpital de jour de l’Hôpital Américain de Paris, la prise en charge thérapeutique personnalisée des jeunes patients dépend d’un diagnostic précis qui va reposer sur des examens complémentaires et une prise en charge éducative par un personnel paramédical formé et dédié (diététicienne, psychologue, puéricultrice et institutrice).   

Pour l’asthme, les explorations comportent des explorations fonctionnelles respiratoires, la radiographie de thorax, voire un scanner thoracique pour les asthmes sévères, ainsi qu’un bilan allergologique précis (test cutané allergologique, dosage des Immunoglobulines), mais aussi un examen ORL spécialisé.

Les patients atteints d’allergies alimentaires IgE médiées uniques ou multiples, et/ou anaphylactiques bénéficieront d’une exploration allergologique poussée basée sur les tests cutanés avec des allergènes natifs, dosages immuno-biologiques complexes (IgE dirigés contre des allergènes moléculaires, test de dégranulation des basophiles).

Quels sont les différents traitements mis en place au sein de l’Hôpital Américain de Paris pour traiter les allergies pédiatriques ?

La prise en charge multi-professionnelle en hospitalisation de jour va permettre de mettre en place un traitement personnalisé avec une décision médicale partagée avec le patient et sa famille après une éducation thérapeutique dispensée par tous ces professionnels hautement qualifiés (médecin, Infirmière puéricultrice, psychologue, diététicienne). 

Les patients atteints d’allergies alimentaires IgE médiées uniques ou multiples, et/ou anaphylactiques bénéficieront d’une prise en charge globale éducative mais aussi de protocoles d’immunothérapie par voie orale ou désensibilisation.

Un accent est particulièrement mis sur la prise en charge des patients avec allergies multiples ou sévères devant bénéficier d’un traitement par une biothérapie, débutée en hospitalisation de jour.

Actuellement en France, 1 personne sur 4 est allergique. Le nombre de personnes allergiques a doublé ces vingt dernières années. En quarante ans, cette proportion a été multipliée par 5, touchant aujourd’hui près de 18 millions de Français.

Les allergies sont classées par l’OMS et l'Europe au 4ème rang des affections chroniques. Un nombre croissant de sujets (15-20 %) souffrent d’allergie sévère en raison de crises d’asthme, d’eczéma atopique sévère, de polyallergies alimentaires, d’anaphylaxies alimentaires plus rarement chez l’enfant d’origine médicamenteuse, ou après piqure d’insecte potentiellement mortelles.

L’allergie concernera 50 % de la population en 2025, induisant des coûts socio-économiques importants. Plus de 10% des enfants sont asthmatiques, 15 à 20 % des petits enfants sont atteints d'eczéma, 4 à 8 % des enfants d'âge préscolaire ont une allergie alimentaire, et 20 % de la population générale souffrent de rhinite allergique.

L’asthme concerne plus de 3 millions de personnes en France, dont plus de 750 000 enfants. La mortalité annuelle due à cette affection s’élève encore actuellement à 1 000 décès. Ces chiffres restent stables ou ont tendance à augmenter malgré l’amélioration de l’efficacité au moins théorique des traitements. Le coût annuel pour sa prise en charge est évalué à 1,1 milliard d’euros, coût lié en majorité aux formes les plus sévères : 10 % de la totalité des asthmes sont des formes sévères représentant 90 % des dépenses liées à cette maladie.

Prendre rendez-vous

En savoir plus
American Hospital of Paris
2022-09-22T10:16:12