Les maladies parodontales

Les maladies parodontales sont des maladies infectieuses de causes multiples qui atteignent le tissu de soutien de la dent, c’est à dire la gencive, l’os et le ligament alvéolo-dentaire.

Maladies parodontales : qu’est-ce que c’est ?

Ces maladies concernent les tissus de soutien de la dent, ,gencive et os. Il est important de mettre en oeuvre le bon suivi pour les prévenir car leur conséquence au long terme est lourd. Elles sont dues à la colonisation des dents par le biofilm: bactéries accumulées sous forme de plaque dentaire et de tartre.

Que faut-il savoir sur la cavité buccale

La cavité buccale est un organe complexe aux structures anatomiques diverses colonisées par des milliards de bactéries. Un déséquilibre peut avoir des conséquences tant localement qu’à distance.

En dehors de la perte des dents les maladies parodontales peuvent avoir des répercussions sur la santé en général.

Le risque de développer une infection à distance existe, par essaimage dans la circulation sanguine des bactéries qui vont ensuite se fixer puis se développer dans d’autres organes du corps :

  • les maladies parodontales augmentent de 25% le risque d’infection au niveau des valves cardiaques 
  • d’autres localisation sont possibles (sinusite, abcès à distance: pulmonaire, cérébral, infection sur prothèse articulaire)
     

Chez la femme enceinte l’existence d’une maladie parodontale multiplie par 3 à 7 le risque d’accoucher prématurément.

Le risque de maladie cardiovasculaire et notamment d’infarctus du myocarde serait plus élevé chez les personnes souffrant de maladie parodontale. 

Enfin le diabète favorise la survenue de maladie parodontale et inversement les maladies parodontales influent sur le diabète en le déséquilibrant.

Quels sont les symptômes de la maladie parodontale ?

Le point de départ de la maladie parodontale est la plaque dentaire. Il s’agit d’un dépôt mou, composé de bactéries, qui s’accumule à la surface des dents, au contact de la gencive ainsi que dans les interstices.

Ces dépôts finissent par durcir et se calcifier pour constituer le tartre, véritable concentré solide de bactéries.

Plaque dentaire et tartre sont à l’origine d’une inflammation de la gencive: c’est la gingivite

Les premiers signes de la gingivite doivent alerter :

  • les gencives saignent lors du brossage des dents, lors de la mastication voir spontanément.
  • les gencives sont gonflées, plus rouges que l’ordinaire et parfois sensibles.

C’est à ce stade qu’il faut intervenir car le processus est alors facilement réversible.


La parodontite est une autre forme, plus avancée de la maladie parodontale.

Des poches se forment sous la gencive et vont peu à peu s’étendre en profondeur vers la racine de la dent. Les populations bactériennes évoluent avec la présence de souches plus agressives: l’infection et l’inflammation gagnent les tissus profonds.

La gencive se rétracte progressivement découvrant la racine de la dent. On parle alors dans le langage courant de dent qui se déchausse. Cela correspond à la perte du système d’ancrage de la dent ( os, ligament alvéole dentaire) et la dent devient de se fait petit à petit mobile.

Le signes à prendre en compte :

  • une rétraction de la gencive (les dents paraissent alors plus grande)
  • une hypersensibilité au chaud ou au froid des zones découvertes
  • une mauvaise haleine
  • une mobilité dentaire anormale

Si l’on n’intervient pas la ou les dents finissent par tomber.
 

MALADIES PARODONTALES SMALL

Quels sont les facteurs de risques des parodontopathies ?

Il existe une relation étroite entre le degré d’hygiène bucco-dentaire et l’état parodontal. Cependant pour un même niveau d’hygiène, certaines personnes seront plus sujettes de parodontale que d’autres. 

En dehors des caries et du tartre qui sont des facteurs bien connus, il en existe d’autres tels que :

  • L’âge (la fréquence de la maladie parodontale augmente avec l’âge)
  • Le sexe (les hommes sont plus atteints)
  • L’hérédité
  • Le flore bactérienne présente dans la bouche, différente d’un individu à l’autre et transmissible
  • Certaines maladies comme les diabète, l’infection par le virus du sida ou d’autres affections ou traitement qui modifient les défenses immunitaires s’accompagne d’un risque accru
  • Des facteurs hormonaux (grossesse ou ménopause sont des périodes de pus grande vulnérabilité aux maladies parodontales)
  • Le tabac ( 5 fois plus de risque de développer une parodontite et atteinte plus jeune pour les fumeurs)
  • Les facteurs locaux comme le port d’une prothèse dentaire ou un appareil d’orthodontie
     

Comment est réalisé le diagnostic des parodontopathies au sein de l’Hôpital Américain de Paris ?

Un examen rigoureux tant bien clinique que radiologique nous permettra d’évaluer la présence et la sévérité de l’atteinte parodontale.

La quantification de la présence de plaque et de tartre, le saignement des gencives est évalué cliniquement ainsi que la profondeur de la perte d’attache qui est évaluée par sondage de l’espace.

La radiologie nous permet d’obtenir des informations complémentaires: une radiographie panoramique et un bilan long cône sont souvent prescrits. 

Les chiffres clés des maladies parodontales

En France 50% des adolescents de moins de 15 ans souffrent de gingivite, ce chiffre monte au dessus de 80% pour les adultes entre 35 et 44 ans.


On retrouve la plaque dentaire chez 50% des enfants et 30% des enfants de 15 ans ont du déjà du tartre.

Entre 35 et 64 ans, 46,68% des patients français ont une perte d’attache sévère (supérieure à 4mm)
 

American Hospital of Paris
2020-06-27T12:31:01