Cryothérapie rénale

La cryothérapie rénale est une alternative à la chirurgie pour le traitement de certains cancers du rein. Il s’agit d’une technique mini-invasive, sans incision chirurgicale, permettant de préserver au mieux la fonction rénale.

En quoi consiste ce traitement ?

Chaque année, plus de 11 000 nouveaux cancers du rein sont diagnostiqués. Le cancer du rein peut être découvert de façon fortuite sur un examen d’imagerie ou à l’occasion de symptômes (douleurs, hématurie). Le diagnostic est habituellement prouvé lors d’une biopsie ou simplement sur les données de l’imagerie. Le dossier est ensuite discuté en réunion de concertation multidisciplinaire afin de discuter la meilleure prise en charge possible pour les patients.

La cryothérapie rénale est une alternative à la chirurgie pour le traitement des cancers du rein jusqu’à 6 centimètres (stade T1a et T1b), même si les meilleurs résultats sont obtenus pour des tumeurs de moins de 3 centimètres. Il s’agit d’une technique mini-invasive, dite percutanée, c’est-à-dire réalisé directement à l’aide d’aiguilles insérées dans le patient sous contrôle scanner. Il n’y a donc pas d’incision chirurgicale, ce qui facilite les suites opératoires, n’entraine pas de pertes sanguines, et permet une réhabilitation précoce. La cryothérapie est dorénavant recommandée en première intention par  la société nord américaine de cancérologie pour les tumeurs du rein de petites tailles.

L’équipe de radiologie interventionnelle de l’Hôpital Américain est une des équipes pionnières en France sur le traitement par cryothérapie du rein, puisque nos praticiens ont plus de 10 ans d’expérience en cryothérapie, et furent parmi les premiers en France à l’utiliser. Nos radiologues interventionnels spécialisés en oncologie ont largement contribué à l’essor de cette technique notamment à l’Institut Curie et l’Institut Gustave Roussy, et réalisent chaque année un grand nombre de procédures de cryothérapie (dans le rein, mais également le poumon, le foie, le sein, les parties molles…).

Par ailleurs l’hôpital Américain dispose du plateau technique et de l’ensemble des spécialistes médicaux (imagerie, oncologie, chirurgie) permettant d’effectuer un bilan complet du cancer du rein, et des éventuelles autre pathologies qui lui sont associées.

Enfin, L’hôpital Américain de Paris dispose d’une astreinte avec un radiologue interventionnelle joignable 24/24h, 7/7j en cas de problème ou de question survenant dans les suites de l’intervention.

La cryothérapie rénale, qu’est-ce que c’est ?

  • Grâce à des processus modernes de guidage faisant appel à des machines de radiologie de dernière génération, le radiologue interventionnel insère des aiguilles au sein de la tumeur  (il peut y en avoir une seule ou plusieurs)  
     
  • L’extrémité de ces aiguilles va ensuite être refroidie, créant ainsi un glaçon qui va englober et détruire la tumeur
     
  • Le guidage par scanner va permettre de connaître la taille et la position exacte du glaçon, afin de s’assurer que celui-ci couvre entièrement la tumeur, avec les marges de sécurité nécessaire
     
  • En fin de procédure, le radiologue retire les aiguilles, et applique un pansement sur les points de ponction

Comment fonctionne la cryothérapie rénale ?

  1. L’accès au rein se fait directement via des aiguilles, sans abord chirurgical nécessaire
     
  2. Les aiguilles insérées dans la tumeur du patient sont refroidies grâce à une circulation interne de gaz (azote liquide ou argon selon les dispositifs utilisés)
     
  3. Un glaçon se forme autour des aiguilles, qui va englober toute la tumeur
     
  4.  La température du glaçon descend à -180°, ce qui va entraîner la destruction des cellules tumorales
     
  5. Après un temps de refroidissement suffisant, les aiguilles sont réchauffées et retirées


L’avantage principal de cette technique est donc son caractère mini-invasif, directement au travers d’aiguilles, qui permet une réhabilitation post-intervention très rapide et quasi indolore

Comment se déroule une cryothérapie rénale au sein de l’Hôpital Américain de Paris ?

Avant l’intervention, il vous faudra rencontrer le radiologue interventionnel et l’anesthésiste en consultation.

Le jour de la procédure, après votre arrivée à l’hôpital, vous êtes accompagné au bloc en salle de radiologie interventionnelle, où vous retrouverez le radiologue. Un anesthésiste et son équipe vous prendront alors en charge afin de vous équiper avec tous les éléments nécessaires pour l’intervention, notamment une voie veineuse. La procédure dure entre 30 minutes et 1 heure.

Selon les cas, la procédure peut être réalisé sous sédation consciente, ou sous anesthésie générale.

Une fois l’intervention terminée, vous êtes surveillé pendant 1 heures en salle de réveil, puis quelques heures à l’hôpital de jour. Le retour à domicile est généralement possible 4 heures après l’intervention. Dans certains cas (patients fragiles, anticoagulants), la surveillance peut être étendue à une nuit d’hospitalisation.

La réhabilitation dans les suites de l’intervention est très rapide avec possibilité de marche et de retour à une activité normale le jour même. Il n’y a pas de soins infirmiers nécessaire.

Comment bien vous préparer pour une cryothérapie rénale ?

Le radiologue interventionnel vous reçoit en consultation pour vous informer des modalités et du déroulement de l’intervention. Il s’agit d’un temps médical très important, qui permettra également au patient de poser toutes les questions désirées.

Nos radiologues travaillent conjointement avec les différentes spécialités de l’hôpital, permettant une évaluation multidisciplinaire de votre dossier avant traitement. En cas de doute diagnostique ou thérapeutique, des examens complémentaires biologiques ou d’imagerie pourront vous être prescrits.

Quels sont les résultats obtenus pour ce traitement ?

Le taux attendu de destruction complète de la tumeur est supérieur à 90%

Il n’y a pas de large incision, simplement un point de ponction millimétrique et par conséquent aucuns soins infirmiers nécessaires suites à l’intervention. Il n’y a pas de perte sanguine pendant l’intervention

L’intervention peut être faite en ambulatoire c’est-à-dire avec une hospitalisation d’une demi-journée

En cas de récidive, toutes les options de traitement restent possibles, notamment une seconde session de cryothérapie.

La cryothérapie est dorénavant recommandée en première intention par la société nord américaine de cancérologie pour les tumeurs du rein de petites tailles.

Actuellement, il n’existe pas d’étude prospective randomisée comparant la cryothérapie à la chirurgie pour les petites tumeurs rénales. A ce jour, la série retrospective avec le plus long suivi et le plus grand nombre de patients, menée à la Clinique Mayo aux Etats-Unis ne montre pas de différences du taux de récidive à 5 ans entre les patients traités par chirurgie ou par cryothérapie : https://www.europeanurology.com/article/S0302-2838(19)30340-9/fulltext

Cryothérapie rénale, quels sont les effets secondaires de ce traitement ?

  • Le taux de complication majeure est inférieur à 3%.
  • Les risques principaux sont la formation d’un hématome et une infection post-opératoire.
  • Il existe quelques complications mineures, notamment la survenue d’un syndrome post-ablation associant fièvre légère et quelques signes d’irritation locale. Ce syndrome se tarit spontanément en quelques jours.

Prendre rendez-vous avec nos radiologues interventionnels

En savoir plus
American Hospital of Paris
2022-07-18T13:25:11