Biopsie des fibromes utérins

A l’IRM, fibromes utérins et sarcomes (cancer) se ressemblent et sont difficiles à différencier. Cela peut être source d’erreurs de diagnostic avec des conséquences majeures pour la patiente. Venant sécuriser le diagnostic, la biopsie des fibromes utérins a fait son apparition récemment.

Un examen pour écarter le risque de cancer

Le fibrome utérin : de quoi s’agit-il ?

Le fibrome utérin est une grosseur apparaissant dans la cavité utérine. Il se forme à partir du myomètre, le muscle situé juste en-dessous de l’endomètre.

Il peut être multiple et croître de manière impressionnante. Sa taille peut varier de 1 à 20 cm pour les plus grands.

Cette pathologie touche près de la moitié des femmes de 50 ans. La majorité d’entre elles ne souffre d’aucun symptôme particulier, le fibrome étant découvert à l’occasion d’un examen de routine.

Mais lorsqu’ils sont symptomatiques, la patiente peut présenter les signes suivants :

  • Saignements entre les règles (métrorragies) ;
  • Pertes de sang abondantes lors des règles (ménorragies) ;
  • Sensation de pesanteur au niveau du bas-ventre ;
  • Envie fréquente d’uriner (pollakiurie) ;
  • Symptômes intestinaux (par exemple, constipation).

Ils peuvent également augmenter le risque d’infertilité et sont sources de risques pendant la grossesse (fausse couche, contractions précoces…).

Les fibromes utérins sont-ils toujours bénins ?

Le fibrome utérin est une tumeur bénigne, dépourvue de potentiel malin. Bien que le mot « tumeur » puisse faire penser au pire (cancer de l’utérus), il s’agit d’une pathologie bénigne. Elle est non-cancéreuse et ne se propage pas à d’autres organes (pas de métastases).

Le principal risque est lié à sa ressemblance avec le sarcome utérin, une tumeur maligne extrêmement rare. Elle représente 1 à 3 % des tumeurs malignes gynécologiques et a tendance à se développer rapidement.

En effet, le traitement du sarcome est chirurgical : l’objectif est de retirer entièrement la tumeur. En pratique, cela consiste en l’ablation de l’utérus et des ovaires (hystérectomie totale et salpingo-ovariectomie bilatérale). La principale conséquence sera l’absence de possibilité de grossesse, de plus l’opération comprend des risques inhérents à la chirurgie.

A l’inverse, le traitement du fibrome peut reposer sur une simple embolisation des artères utérines, une technique mini-invasive de radiologie interventionnelle. L’embolisation des fibromes utérins a lieu en ambulatoire sous anesthésie locale. Elle préserve la fécondité des patientes, tout en présentant très peu de risques de complication par son caractère mini-invasif. 

Il est donc essentiel de déterminer s’il s’agit d’un fibrome ou d’un cancer avant tout traitement. Auparavant, le diagnostic reposait essentiellement sur l’IRM pelvienne. Mais l’imagerie des fibromes est complexe, et il peut être difficile de différencier le fibrome du sarcome.

Fibrome utérin ou cancer : l’intérêt de la biopsie pour le diagnostic

Une étude récente (SARC-GYN) a étudié l’efficacité de la biopsie pour le diagnostic préopératoire des sarcomes utérins (1). Les résultats sont sans appel : il s’agit d’un examen sûr et précis.

La précision diagnostique est de 94 % (examen microscopique) et 100 % (hybridation génomique comparative). Réalisée sur 34 patientes, elle n’a occasionné aucune complication.

L’étude recommande ainsi de réaliser systématiquement une biopsie après une IRM suspecte de manière à adapter le traitement.

La biopsie permet d’écarter le diagnostic de sarcome. La patiente évite alors de subir une hystérectomie (ablation de l’utérus) inutile et peut bénéficier d’un traitement plus léger adapté.

Comment se déroule une biopsie pour fibrome utérin ?

La biopsie du fibrome utérin (petit prélèvement à l’aiguille) est un examen médical effectué sous anesthésie locale. Indolore pour la patiente; il peut néanmoins provoquer une légère douleur transitoire et un petit saignement passager suite à l’examen.

En pratique, la biopsie consiste à prélever un échantillon de la muqueuse utérine. Elle doit être réalisée avec un grand soin pour éviter toute contamination des zones alentour en cas de malignité.

Ce prélèvement est ensuite envoyé au laboratoire pour examen anatomopathologique. Cela permet de déterminer précisément leur potentiel malin et de mettre en lumière une lésion cancéreuse. Mais aussi, le type de cancer, son stade d’évolution et son degré d’agressivité.

Prendre rendez-vous avec l'un de nos radiologues interventionnels

Learn more

Sources & crédits

(1)   Percutaneous Uterine Needle Biopsy with Microscopic and Array-CGH Analyses for Preoperative Sarcoma Diagnosis in Patients with Suspicious Myometrial Tumors on MRI: A Prospective Pilot Study (SARCGYN) 

26 octobre 2022

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36287348/

American Hospital of Paris
2023-02-1T17:26:37