Conseils : Vaincre sa dépendance au tabac

Retour à Pneumologie


On ne le répètera jamais assez, fumer tue, fumer provoque des maladies chroniques, fumer impacte la qualité de vie. Or pour les adeptes, fumer représente d’abord et avant tout une source de plaisir et ils sont nombreux à sous-estimer les risques de cette pratique addictive.

 

Les pathologies liées au tabac sont pourtant longues, douloureuses, souvent invalidantes et parfois mortelles. Il y a donc tout à gagner à arrêter de fumer. Il n’est, en effet, jamais trop tard même si cela reste difficile. Voici nos conseils pour y arriver !


Conseil N°1 : Je comprends d’où vient mon addiction

Il existe trois types de dépendance à la nicotine : La dépendance physique, liée aux effets de la nicotine sur le corps. En se fixant sur ses récepteurs, la nicotine déclenche toute une série de réactions qui stimulent le centre du plaisir. La dépendance psychologique qui est liée aux effets psychoactifs de la nicotine (antidépresseur, anxiolytique, coupe-faim…). La dépendance comportementale liée aux circonstances, lieux et/ou personnes qui vous poussent à fumer. Prendre conscience de la dépendance, connaître les différents types de dépendance et comprendre ce qui pousse à fumer permet de prévenir et d’éviter autant que faire ce peut les stimuli qui incitent à fumer. Il est ainsi plus facile d’échapper à cette pulsion. 

Conseil n° 2 : Je liste mes motivations

Nous avons tous de bonnes raisons d’arrêter de fumer, il est important de lister ses motivations afin de les avoir à l’esprit quand la tentation de fumer devient trop forte. Préserver sa santé, donner l’exemple, redécouvrir le goût des choses peuvent être de bonnes motivations

Conseil n°3 : Je choisis mon moment

Il ne faut pas le nier. Arrêter de fumer est un projet difficile. Réussir nécessite de mettre toutes les chances de son côté. Etre ferme dans sa décision et mettre le projet en route au bon moment. Or le bon moment, c’est celui qu’on choisit : les vacances, un projet de grossesse, un changement de vie… c’est vous qui décidez et qui détenez les clés de la réussite de votre projet.

Conseil n° 4 : J’évalue ma dépendance au tabac

Connaître son degré de dépendance au tabac permet de mettre en place les bonnes actions pour arrêter de fumer (substituts nicotiniques, consultation médicale…). En effet votre niveau de dépendance conditionne les efforts que vous devrez faire. Le savoir permet de mettre tous les atouts de son côté. Le test le plus répandu pour cette évaluation est le test de Fagerström auquel vous pouvez accéder en cliquant ici

Conseil n°5 : J’en parle avec mon médecin

Il y a tout à gagner à informer le médecin traitant de sa décision d’arrêter de fumer. Il peut ainsi vous accompagner et vous guider vers les meilleures actions à mettre en place pour réussir votre projet. Un accompagnement peut être nécessaire pour réussir et s’entourer de professionnels qui sauront vous écouter, vous guider et vous accompagner est une première étape vers le succès.

Conseil n°6 : Je choisi ma méthode de sevrage

Des substituts nicotiniques aux traitements médicamenteux tels que bupropion ou la varénicline, il existe de nombreuses solutions pour arrêter de fumer. Se renseigner sur ces méthodes, connaître leurs avantages et leurs inconvénients, échanger avec des professionnels de santé pour décider ensemble laquelle est la plus compatible avec mes attentes est une des clés de la réussite.

Conseil n°7 : J’en parle à mon entourage

L’arrêt du tabac est projet qui demande de la détermination et le soutien de l’entourage peut être primordial pour désamorcer les difficultés rencontrées et les freins. Le choix d’un « parrain » dans l’entourage qui a vécu un sevrage tabagique et qui est susceptible d’épauler et de conseiller peut être une aide précieuse. Il n’existe en effet pas de « recette miracle » pour arrêter de fumer mais des solutions qui demandent volonté et échange. Le soutien des proches est une autre clé de la réussite.

Conseil n°8 : Je ne me décourage pas

Le sevrage tabagique est un projet long et difficile. L’envie de fumer peut rester présente longtemps, des jours, des mois voire des années et il peut être difficile de résister. Il ne faut donc pas se décourager ni perdre l’objectif de vue. Voici une liste des bienfaits liés à l’arrêt du tabac : goût et odorat retrouvés, amélioration de la fonction pulmonaire, diminution du risque cardiovasculaire, diminution du risque de décès lié à la BPCO, diminution du risque du cancer du poumon. N’hésitez pas à consulter cette liste si vous sentez votre motivation faiblir.

Conseil n°9 : Je ne culpabilise pas en cas de rechute

Il est rare de réussir à s’arrêter de fumer du premier coup même si c’est possible. En fait, il faut en moyenne 7 essais avant de réussir. Echouer ne veut pas dire qu’on n’y arrivera jamais, c’est le lot de beaucoup de fumeurs. En cas de rechute, il faut évaluer les raisons pour lesquelles on se remet à fumer afin de les comprendre et d’en tenir compte pour un prochain essai.

Conseil n° 10 : Je persévère et je recommence si besoin est

La rechute même après quelques mois ou des années d’arrêt est toujours possible. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à réessayer le sevrage en se disant que cette fois sera la bonne. Il faut rester positif et choisir le bon moment. Lorsque l’on est vraiment motivé, on peut y arriver. Il ne faut pas hésiter à en parler avec son médecin, évaluer les avantages et les inconvénients de sa stratégie de sevrage afin de ne pas recommencer les mêmes erreurs au prochain essai. Le sevrage tabagique est un engagement sur le long terme, un chemin semé d’embûche mais au bout duquel la récompense est au rendez-vous !


Autres articles :

haut de page

Hôpital Américain de Paris - 63, Bd Victor Hugo 92200 Neuilly-sur-Seine - France - Tél : +33 (0)1 46 41 25 25

HDN CODE

American Hospital Of Paris