Cancer du côlon : quels sont vos risques ?

Retour à Cancer


Une Rencontre Santé sur le thème du cancer du colon s’est déroulée à l’American Hospital of Paris. Les docteurs Charbit, Pitre, Karsenty et Kuntslinger ont participé à trois tables rondes animées par le Professeur Pierre Duroux.

 

L’histoire naturelle du cancer du côlon

Qu'est-ce que le côlon ?

Fermer

Le côlon est une partie de l'intestin qui se divise en 5 zones :

  • Caecum
  • Côlon ascendant droit 
  • Côlon transverse
  • Côlon descendant gauche
  • Sigmoïde côlon gauche

Son rôle est de stocker les déchets et de les évacuer.

Quelle est l'histoire naturelle du cancer du côlon ?

Fermer

Épidémiologie et facteur de risque

Chiffres clés :

Fermer

Dans le monde, on dénombre environ 1,4 millions de nouveaux cas de cancer du côlon chaque année, provoquant 694 000 décès.  En France c’est environ 50 000 nouveaux cas par an, provoquant 35 000 décès.

Le cancer du côlon est le 2ème cancer en mortalité, avec une fréquence un peu plus élevée auprès des hommes (53%) qu’auprès des femmes (47%).

Le risque de survenue d’un cancer du côlon accroit avec l’âge puisque 90% des cas surviennent après 50 ans.
Le dépistage précoce est primordial puisqu’il permet de garantir un taux de guérison d’environ 90%.
Une étude américaine de 2015 (la dernière en date), réalisée sur une période de 20 ans, affirme que 95% de la mortalité par cancer du côlon peut être réduite par la surveillance par coloscopie avec ablation des polypes.

Quels sont les principaux facteurs de risque ?

Fermer

Quels sont les différents niveaux de risque ?

Fermer

Existe-t-il des facteurs de protection ?

Fermer

Symptômes et traitements

Quels sont les principaux symptômes ?

Fermer

Le cancer du côlon est difficile à diagnostiquer dans la grande majorité des cas puisqu’il ne provoque pas de symptômes particuliers. En effet, 30% des cancers du côlon sont détéctés grâce au dépistage.
Certains symptômes suspects peuvent néanmoins vous alerter :

  • Sang noir dans les selles (moelena)
  • Douleurs abdominales
  • Troubles du transit
  • Anémie par manque de fer

La survenue de complications, telle qu’une occlusion intestinale, peut également être un signal d’alerte à ne pas négliger.
Enfin, à un stade plus avancé, la présence de métastases permet d’établir un diagnostic.

 

De quelle manière se réalise le diagnostic ?

Fermer

Comment connaître l’étendue d’un cancer ?

Fermer

Quels sont les traitements possibles ?

Fermer

Quelle surveillance doit être réalisée après le traitement ?

Fermer

De quelle manière se réalise le diagnostic ?

Fermer

Dépistage du cancer du côlon

Le cancer du côlon étant souvent asymptomatique, le dépistage est une étape primoridale. Pour preuve, si le taux de dépistage était supérieur à 50%, la mortalité liée au cancer du côlon se verrait réduite de 16 à 20%.

Quelle est l'histoire naturelle du cancer du côlon ?

Fermer

Il existe différents mode de dépistage du cancer du côlon, dont le plus répandue est l’examen des selles. Cette méthode de dépistage consiste à rechercher la présence de sang dans les selles et elle est fortement recommandé après 50 ans.

Depuis 2015, un nouveau test est utilisé : « Test Oc Sensor».

L’examen des selles présente l’avantage d’être facilement accepté par les patients et il peut également être fait régulièrement (tous les ans ou tous les 2 ans). En revanche, la mesure des sensibilités et des spécificités est faible surtout pour les polypes mais le développement du nouveau test immunologique a permis une nette amélioration de ce point.
Un autre mode de dépistage est la coloscopie qui possède une bonne sensibilté et spécificités pour le diagnostic du cancer du côlon. Elle nécessite une préparation préalable afin d’avoir un côlon propre. Au cours de sa réalisation, cette technique présente l’avantage de permettre l’ablation d’éventuels polypes (prévention). Cet examen se réalise sous anésthésie génèrale et quelques complications (hémorragie, perforation) peuvent parfois survenir, mais c’est le cas seulement pour 1 examen sur 1000.
Enfin un autre mode de dépistage, décrit dans un rapport de la HAS en Juin 2013, comme étant un examen de seconde intention est la coloscopie virtuelle.
Cet exeamen peut être réalisé dans le cas :

  • vidéocoloscopie incomplète
  • contre-indication à cet examen
  • refus d’un patient à la vidéo-coloscopie

Il ne répond pas aux exigences d’un test de première intention des patients à risque élévé ou très élevé. Dans le cas de symptômes coliques évocateurs de tumeur, une exploration par vidéocoloscopie sera requise.
Les indications au dépistage sont pour le moment les suivantes :

  • Risque moyen : Hémoccult tous les 2 ans de 50 à 74 ans et coloscopie si test positif
  • Haut risque : coloscopie à renouveler tous les 3 ou 5 ans selon la présence d'adénomes
  • Très haut risque: conseil génétique et coloscopie avec coloration

En France, le taux de survie après un cancer colorectal est l’un des meilleurs d’Europe.

Télécharger en PDF


Autres articles :

haut de page

Hôpital Américain de Paris - 63, Bd Victor Hugo 92200 Neuilly-sur-Seine - France - Tél : +33 (0)1 46 41 25 25

HDN CODE

American Hospital Of Paris