Chirurgie mammaire reconstructrice

La reconstruction mammaire après mastectomie

L’unité de chirurgie plastique de l’Hôpital Américain de Paris propose aux patientes ayant subi une ablation du sein pour cancer, l’ensemble des techniques de reconstruction mammaire, des plus classiques aux plus innovantes.

Notre offre complète permet aux patientes ayant subi une mastectomie pour un cancer du sein, ou dans le cadre de la prévention dans certains cas de mutations génétiques à haut risque, de bénéficier de la méthode de reconstruction la plus adaptée à leur situation :

  • reconstruction du sein par prothèse,
  • reconstructions autologues utilisant les propres tissus de la patiente, sans corps étranger et faisant appel à la microchirurgie : DIEP, TUG, PAP, ou les nouvelles techniques de lambeau de grand dorsal autologue, et de lipofilling mammaire.

L’Hôpital Américain de Paris dispose du plateau technique adapté  pour la réalisation de toutes ces interventions : unité de soins intensif, microscope, laser, surveillance des lambeaux par oxymètres tissulaires, matériel de pointe pour la réalisation des lipofilling.

La reconstruction mammaire qu'est-ce que c'est ?

La reconstruction mammaire est un processus incluant plusieurs interventions chirurgicales dont le but est de restaurer la poitrine de la manière la plus harmonieuse possible après l’ablation d’un sein ou des deux lors du traitement d’un cancer du sein.

  1. La première étape de la reconstruction consiste généralement à apporter le volume du sein. Pour cela différentes méthodes sont possibles : l’utilisation d’un implant mammaire, l’utilisation de sa propre graisse (lipofilling) ou l’utilisation de tissus d’une autre zone du corps qui vont être déplacés (lambeaux) : comme le ventre, le dos, ou les cuisses…
  2. La seconde étape qui a lieu généralement 3 mois après la première est dite de « symétrisation ». Elle consiste à opérer l’autre sein pour le rentre le plus symétrique possible dans son volume et sa forme au sein reconstruit.
  3.  La dernière étape est celle de la reconstruction de l’aréole et du mamelon.

Dans quels cas peut -on avoir recours à une reconstruction du sein ?

Généralement la reconstruction mammaire fait suite à une mastectomie (ablation complète du sein) lors du traitement d’un cancer du sein.

Cette reconstruction peut avoir lieu lors de la même intervention que l’ablation du sein (on parle alors de reconstruction mammaire immédiate, qui n’est possible que dans certains cas bien précis), ou dans un second temps, après la fin des traitements (comme la chimiothérapie ou la radiothérapie), on parle alors d’une reconstruction secondaire.

Enfin, on parle de reconstruction tertiaire lorsqu’une nouvelle méthode de reconstruction mammaire est réalisée chez une patiente ayant présenté une complication ou un échec d’une précédente reconstruction (coque sur implant par exemple).

La reconstruction mammaire par implant

Cette méthode de reconstruction du sein est la plus couramment utilisée. Elle consiste à placer un implant mammaire sous la peau et le muscle pectoral en général afin de recréer le volume du sein.

Cette méthode est possible à chaque fois que l’élasticité de la peau mammaire le permet.
Dans certains cas, notamment après radiothérapie, la peau est abimée et manque de souplesse ne permettant pas d’utiliser d’implant.

L’intervention pour reconstruire un sein dure une à deux heures environs et nécessite 1 à 4 nuits d’hospitalisation en fonction des cas.

La reconstruction mammaire par lambeau de grand dorsal

La reconstruction par lambeau de grand dorsal s’adresse à des patientes qui ne peuvent pas bénéficier d’une reconstruction par implant en raison d’une élasticité de la peau insuffisante

Ou qui ne souhaitent pas de reconstruction par implant et préfèrent une reconstruction avec leurs propres tissus (reconstruction dite autologue).

Le principe consiste à déplacer des tissus du dos (peau, graisse et muscle) et les transférer vers le sein pour en recréer le galbe.

Cette intervention dure généralement de 2 à 4 h et nécessite 4 à 6 jours d’hospitalisation.

La reconstruction mammaire par DIEP

Comme la technique du grand dorsal, la reconstruction par DIEP s’adresse à des patientes qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas de reconstruction par implant. On va alors utiliser les tissus du bas ventre (peau et graisse) avec leurs vaisseaux nourriciers (artère et veine) qui vont être reconnectés par microchirurgie au niveau du sein.

Cette méthode permet de reconstruire des seins très naturels.

L’intervention dure entre 4 et 7 h et nécessite 5 à 7 jours d’hospitalisation.

Il existe d’autres techniques voisines du diep, mais adaptées pour des patientes n’ayant pas assez de tissus au niveau du ventre (lambeau PAP qui utilise les tissus de « la banane sous fessière » , lambeau TUG qui utilise la face interne de la cuisse … etc)

 

La reconstruction mammaire par injection de graisse ou lipofilling

 

Le principe de l’injection de graisse est simple, on prélève de la graisse par technique de lipoaspiration, à l’aide d’incisions de quelques millimètres puis on purifie cette graisse avant de la réinjecter à l’aide de fines canules au niveau du sein.

Cette technique est très régulièrement utilisée en complément d’une autre méthode de reconstruction (implant ou lambeau) afin d’augmenter le volume ou parfaire le résultat (camoufler un creux par exemple) en apportant un résultat très naturel.

Elle peut également être utilisée seule, à l’aide de plusieurs interventions afin de reconstruire progressivement le volume du sein avec la graisse.

Cette méthode est réservée aux patientes ayant une peau souple et une réserve graisseuse relativement importante, ou dans la reconstruction de seins de petit volume.

L’intervention de lipofilling dure généralement 1 à 2 heures et peut se réaliser en hospitalisation ambulatoire

American Hospital of Paris
2020-06-25T17:19:32