L’infarctus du myocarde, un accident brutal et dangereux

Retour à Cardiovasculaire


Dans le monde, l’infarctus du myocarde est la première cause de mortalité. Aux Etats-Unis, 450 000 décès lié à l’infarctus du myocarde surviennent chaque année. Lorsqu’un infarctus est détecté et que la personne est hospitalisée rapidement, on observe 95% de survie immédiate. En France, c’est 18 000 décès par an qui surviennent et 10% des victimes décèdent dans l’heure.

 

Quels sont les principaux chiffres ?
 


Qu’est-ce que l’infarctus du myocarde ?
 


Quelle est l’histoire naturelle de l’infarctus du myocarde ?


Quels sont les principaux facteurs de risque ?


Comment reconnaitre les signes d’un infarctus du myocarde ?


Cas particulier, qu’en est-il chez la femme ?


Cas particulier, qu’en est-il chez les jeunes ?
 


Quelles peuvent être les complications de l’infarctus du myocarde ?


Comment faire le diagnostic d’un infarctus du myocarde ?


Que faire en cas de suspicion d’un infarctus du myocarde ?


Quels sont les traitements qui doivent être mis en place ?


Quels sont les bons comportements à adopter après un infarctus du myocarde ? 


Comment estimer le risque de survenue d’un infarctus du myocarde ?
 


Comment prévenir les risques d’infarctus du myocarde ?


Quelle évolution pour la prise en charge de l’infarctus du myocarde ?



L’infarctus du myocarde, un accident brutal et dangereux

Quels sont les principaux chiffres ?

Dans le monde, l’infarctus du myocarde est la première cause de mortalité.

Aux Etats-Unis, 450 000 décès lié à l’infarctus du myocarde surviennent chaque année. Lorsqu’un infarctus est détecté et que la personne est hospitalisée rapidement, on observe 95% de survie immédiate.

En France, c’est 18 000 décès par an qui surviennent et 10% des victimes décèdent dans l’heure.

A la suite d’un infarctus du myocarde, le taux de mortalité à un an est de 15%.

Qu’est-ce que l’infarctus du myocarde ?

Il survient lorsqu’une artère coronaire est :

  • obstruée par une plaque d’athérosclérose plus ou moins caillot (thrombose)
  • fermée par spasme 

L’infarctus du myocarde est provoqué par le détachement d’une plaque de matières grasses (athérosclérose) sur lesquels s’agglutinent les plaquettes pour former un caillot de sang. L’apport en sang et en oxygène en direction du cœur sera alors interrompue (ischémie) partiellement voir totalement et provoquer la destruction des cellules du cœur (nécrose). 

Quelle est l’histoire naturelle de l’infarctus du myocarde ?

1 : Dépôt de plaques d’athérome au niveau des artères. 

2 : La plaque peut devenir instable et se rompre.

3 : Cette rupture va provoquer la création progressive d’une  thrombose.

4 : Plus la thrombose augmente et plus l’apport sanguin au muscle cardiaque se réduit.

5 : Si l’artère coronaire est complétement bloquée, tous les tissus musculaires qui ne sont plus approvisionnés en sang vont mourir : c’est ce qu’on appelle l’infarctus du myocarde.

La gravité d’un infarctus du myocarde va dépendre :

  • Du niveau d’occlusion
  • De la durée de l’occlusion
  • De la présence d’une circulation collatérale de suppléance

Quels sont les principaux facteurs de risque ? 

Il existe des facteurs de risque non modifiables, c'est-à-dire sur lesquels l’individu ne peut agir comme :

  • Age : 50% des infarctus chez des personnes de moins de 65 ans 
  • Sexe : les femmes qui ne sont pas ménopausées présentent moins de risque qu’un homme
  • Hérédité cardiovasculaire : bien que l’exercice physique régulier puisse limiter le risque héréditaire.

Il existe d’autres facteurs de risque modifiables, c'est-à-dire sur lesquels chaque individu peut agir :

  • Obésité
  • Apnée du sommeil
  • Tabac : actif et passif
  • Stress
  • Sédentarité
  • Mauvais cholestérol
  • Diabète : tous les types surtout si non contrôlé
  • Hypertension : systolique et diastolique non contrôlée
  • Drogues illégales : cocaïne

Comment reconnaitre les signes d’un infarctus du myocarde ?

Les signes typiques sont tout d’abord une douleur aiguë et persistante dans la poitrine qui va irradier dans le bras gauche, le dos ou la mâchoire.

Attention, ¼ des infarctus du myocarde ne s’accompagne pas des signes typiques.

Les autres signes, dits atypiques sont :

  • Sur le tableau digestif : nausées, vomissement, douleur abdominale
  • Sur le tableau respiratoire : essoufflement
  • Peuvent également survenir : malaise(s), sueurs, vertiges et fatigue

Cas particulier, qu’en est-il chez la femme ?

L’infarctus du myocarde est également la 1ère cause de mortalité chez les femmes.

Avant la ménopause, les femmes présentent 4 fois moins de risque que les hommes. Mais après la ménopause, leur risque devient équivalent à celui des hommes.

Cependant cette tendance tend à se réduire avec le mode de vie actuel des femmes, qui se rapproche davantage de celui des hommes (stress, tabac, sédentarité..). On observe d’ailleurs 3  fois + d’infarctus ces 15 dernières années chez les femmes.

Cas particulier, qu’en est-il chez les jeunes ?

L’infarctus du myocarde est plus rare chez les jeunes mais il ne faut néanmoins pas le négliger, notamment dans les cas suivants :

 

  • Antécédents héréditaires
  • Consommation de cocaïne
  • Contraception (prise de pilule)
  • Spasme coronaire

Quelles peuvent être les complications de l’infarctus du myocarde ?

Des complications aigues peuvent survenir à la suite d’un infarctus du myocarde, comme des troubles du rythme cardiaque ou encore un arrêt cardiaque.

Si l’infarctus n’a pas été détecté, des complications peuvent apparaitre à long terme :

 

  • Insuffisance cardiaque
  • Anévrisme de la paroi du myocarde ->  rupture
  • Insuffisance du fonctionnement des valves mitrales

Comment faire le diagnostic d’un infarctus du myocarde ?

Le premier examen requis pour réaliser le diagnostic de l’infarctus du myocarde est l’électrocardiogramme. En fonction de l’aspect de l’onde électrique obtenue, un épisode d’infarctus du myocarde pourra être déterminé.

Le dosage des enzymes cardiaques est également un élément de diagnostic.

En seconde intention et à discuter avec votre médecin, il est possible de réaliser les examens complémentaires suivants :

 

  • Echographie cardiaque (troubles de la mobilité de la paroi cardiaque)
  • Scanner des artères coronaires
  • IRM cardiaque

Que faire en cas de suspicion d’un infarctus du myocarde ?

Dans un premier temps, il est nécessaire de faire confirmer le diagnostic par la réalisation d’un électrocardiogramme et par le dosage des enzymes cardiaques.

Une prise en charge immédiate du patient vers un centre spécialisé est alors requise afin de mettre en place :

 

  • Un traitement hémodynamique
  • Un traitement anti-thrombose
  • Un traitement de reperfusion des artères coronaires si indiqué

Quels sont les traitements qui doivent être mis en place ?

Des traitements médicamenteux  peuvent être mis en place :

 

  • Antiagrégants plaquettaires
  • Anticoagulants 
  • Contrôle de la douleur (morphine)

En cas d’obstruction, un traitement spécifique doit être mis en place :

 

  • Traitements fibrinolytique : l’efficacité  de ces traitements va dépendre  de la rapidité à laquelle celui-ci peut être administré.
  • Coronarographie +/- pose de stent : cette technique de chirurgie interventionnelle consiste à visualiser les vaisseaux obstrués afin de pouvoir mettre en place une prothèse appelée stent. Ce stent est un petit tube métallique grillagé qui a pour objectif d’élargir les vaisseaux de manière permanente et ainsi rétablir une circulation sanguine normale.

Quels sont les bons comportements à adopter après un infarctus du myocarde ? 

Tout d’abord, il est primordial de mettre en place une réadaptation cardiovasculaire c'est-à-dire :

 

  • Des épreuves d’exercice physique
  • Le contrôle des facteurs de risque
  • L’éducation du malade

Il est également très important de poursuivre le traitement médicamenteux qui sera  à adapter de manière individuelle :

 

  • Antiagrégants plaquettaires (aspirine à faible dose)
  • Béta bloquants
  • Inhibiteurs de l’enzyme de conversion (ACE)
  • Statines

Enfin, un suivi régulier doit être mis en place tous les 3 mois la première année, puis tous les 6 mois et enfin chaque année.

Comment estimer le risque de survenue d’un infarctus du myocarde ? 

Tout d’abord, il est primordial de mettre en place une réadaptation cardiovasculaire c'est-à-dire :

Différentes échelles de mesure du risque de survenue d’une maladie coronaire et notamment de l’infarctus du myocarde ont été développées : 

Score de Framingham :

Il est calculé en fonction de différents critères comme l’âge, le taux de cholestérol,  la pression artérielle et le tabagisme, un nombre de points est attribué qui correspondra à un pourcentage de risque. On considère qu’un sujet est à haut risque lorsque son score dépasse 20%.

Score européen (ESC) 

Tour comme le score de Framingham, ce score permet d’obtenir un pourcentage de risque en fonction du genre, de l’âge, du tabagisme et de la pression artérielle. 

En fonction du score obtenu, les patients vont être catégorisés :

 

  • Très haut risque : SCORE calculé ≥ 10%
  • Haut risque : SCORE calculé entre 5 et 10%
  • Risque intermédiaire : SCORE calculé entre 1 et 5%. 
  • Faible risque : SCORE calculé < 1%

A noter, le risque peut être rectifié en fonction d’éléments complémentaires (SCORE CALCIQUE et/ouTDM coronaire, CRP us – Lp(a) ou encore Doppler des TSA).

ASCVD Risk estimator :

Tout comme les échelles précédentes, le calcul du risque cardiovasculaire va prendre en compte différents critères comme : genre, âge, l’ethnie, le taux de cholestérol, le tabagisme,

Score calcique :

Le score calcique est un puissant marqueur du risque d’accident cardiaque. Par un simple examen de scanner sans injection, il permet d’évaluer l’étendue des dépôts athéromateux calcifiés dans les artères coronaires.

Le médecin interprète les résultats de la manière suivante :

 

  • Score <100 : risque faible,  pas d’autre examen à prévoir
  • Score entre 100 et 400  athérome débutant , traitement préventif des facteurs de risque
  • Score > 400   risque très élevé, examen pour vérifier l’irrigation du cœur à l’effort (scintigraphie myocardique, écho de stress, IRM de stress). 

Tous ces tests estiment le risque d’accident cardiovasculaire et de mortalité cardiovasculaire à 10 ans. Ces scores cliniques sont fiables, donnent des résultats répétitifs et globalement traduisent l’existence et le degré de sténose coronaire. L’utilisation de ces scores devrait être généralisée dès l’âge de 45 ans chez l’homme et 55 chez les femmes.

La mesure du score calcique est justifiée chez l’homme à partir de 45 ans et chez la femme, après la ménopause, à partir de 55 ans. Dans une étude majeure (MESA), la mesure du score calcique s’est révélée très supérieure à la mesure des scores cliniques pour apprécier le risque cardiovasculaire.

Comment prévenir les risques d’infarctus du myocarde ?

Un des points clés dans la prévention de l’infarctus du myocarde est l’optimisation des facteurs de risques, en adoptant :

Des régimes alimentaires adaptés :

 

  • Régime hypocalorique si surpoids ou obésité
  • Régimes pauvre en glucides, en graisse
  • Régime méditerranéen ++ 
  • Régime normalement salé (HTA)
  • Importance croissante de régimes appauvris en sucre

Une activité physique régulière

Des règles hygieno- diététiques adaptées :

 

  • Arrêt du tabac : Nicotine, cigarette électronique
  • Gestion du stress
  • Prise en charge psychologique (dépression)

Un traitement médicamenteux pour traiter les facteurs de risque

 

  • Aspirine, faibles doses
  • Anti-cholestérol : statines 
  • Traitement d’une hypertension artérielle
  • Traitement d’un diabète

Quelle évolution pour la prise en charge de l’infarctus du myocarde ?

Grâce à la vitesse de prise en charge initiale  du SAMU, de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris et la disponibilité des salles de coronarographie 7j/7 et 24h/24 -> La mortalité relative à 30 jours a chuté de 68 % (INSERM)

Pensez à surveiller votre risque cardiovasculaire afin de limiter vos risques d’infarctus du myocarde.


Autres articles :

haut de page

Hôpital Américain de Paris - 63, Bd Victor Hugo 92200 Neuilly-sur-Seine - France - Tél : +33 (0)1 46 41 25 25

HDN CODE

American Hospital Of Paris